• Final Fantasy VIII, le voyage intemporel

     

    « L’extraordinaire destinée de deux hommes se livrant corps et âme dans la bataille… »

     

    Genèse

    Final Fantasy VIII est un épisode qui a révolutionné la série, qui avait déjà instauré des bases plus que solides depuis le premier. Mais celui-ci a pris le pari fou de non seulement bouleverser les codes, mais également de prendre à contre pied les joueurs du monde entier qui ont connu et adoré FFVII. Nous devons entre autres ce changement à des personnes comme HIROYUKI ITO, qui a élaboré un gameplay plus que poussif. Mais FFVIII est un épisode qui a à la fois été adoré, mais tout aussi détesté par une certaine majorité de fans.

    Final Fantasy VIII, le voyage intemporel

    Histoire

    Squall, un élève de la BGU (Balamb Garden University), un établissement accueillant des élèves afin de former une unité d’élite chargée de combattre les Sorcières, ennemies jurées du monde de FFVIII. Il est sur le point de passer un examen afin de devenir un « SEED » (nom de cette unité), afin d’obtenir son diplôme. De nature froide et réservée, il fréquentera néanmoins des personnages qui le changeront, comme Zell (un camarade de la BGU), mais aussi Seifer, un rival dont le but est de devenir un héros, acclamé par ses exploits, puis Selphie, une autre camarade très enjouée qui servira de soutien moral au groupe. Ces quatre étudiants passent l’examen ensemble, à Galbadia, afin de tester leur habilité au combat ainsi que leur décisions. Mais ils étaient loin de se douter que cet examen cachait une réalité plus obscure.

    Final Fantasy VIII, le voyage intemporel

    Alors que les événements s’enchaînent, et l’équipe sera chargée d’une nouvelle mission consistant à aider un groupe de résistants. C’est alors que Squall fera une rencontre qui va changer son destin : celle de Linoa, une jeune fille dont il va tomber amoureux, et dont les sentiments vont l’aider à s’ouvrir au monde qui l’entoure. Mais le groupe se retrouve très vite dépassé par les événements, et ils découvrent l’existence d’une Sorcière, Edea, qui compte renverser le Président actuel afin de prendre le pouvoir pour accomplir de sombres desseins. C’est alors que les héros vont découvrir la vérité sur leur enfance, sur l’héritage des Sorcières, mais surtout à de biens étranges rêves…

    Final Fantasy VIII, le voyage intemporel

     

    Gameplay

    Le système de combat et d’évolution de FFVIII est tellement innovant qu’il a provoqué de nombreux bouleversements en particulier pour les fans des Matéria de FFVII. Les personnages évoluent toujours via des niveaux avec des points d’expériences sauf que….Ceux-ci ne servent quasiment à rien seul. En effet, la grande particularité de cet épisode est que l’augmentation des statistiques et autre compétences reposent uniquement sur le principe des Magies. Les magies sont, comme dans les épisodes précédents, des compétences magiques qui permettent de lancer des sorts de Feu, Foudre, Glace etc…Sauf qu’ici, ces magies sont catalogués comme des objets, qu’il faut voler à l’ennemi. Vous devrez alors associé votre magie à la statistique de votre choix. Par exemple, si vous volez la magie « soin » à votre ennemi, et que vous l’associez à vos HP (vos points de vie), ils augmenteront alors en fonction de la puissance de la magie volée (Soin, Soin+, Soin X…). Mais voler une seule magie en elle même ne vous procurera aucun bénéfice. Il faut en effet en voler un maximum (99 pour être précis, afin de maximiser vos statistiques. Et c’est là que le gameplay atteint ses failles : Voler 99 magies est un processus long, et qui peut l’être encore plus si votre personnage a une PSY faible. Voler de la magie une par une devient très vite ennuyant voire agaçant. C’est définitivement le point faible de ce système, et il aurait fallu proposer d’en voler 40-50 à la fois, pour minimiser le temps passé sur le vol de Magies.

    Final Fantasy VIII, le voyage intemporel

    Mais FFVIII possède une autre particularité, qui peut rappeler des souvenirs du système de FFVI : Les invocations, ici appelées « G-FORCES ». Depuis FFIII, les invocations sont la marque de fabrique de la série pour leur design très soignés et leur attaques dévastatrices. Mais dans ce FFVIII, leurs attaques ne sont pas aussi efficaces. En effet, les G-FORCES peuvent également être associées aux personnages, et c’est là que le système d’expérience prend tout son sens : Si vous associez une G-FORCE qui propose un bonus en force à votre personnages, ce bonus lui sera alors octroyé à chaque montée de niveau. La meilleure technique pour avoir des statistiques élevées dans le jeu est de minimiser la montée de niveau le plus possible jusqu’à la fin du jeu, où vous obtiendrez des invocations qui valent vraiment le détour. En revanche, ce système a des limites. Vous pouvez associer plusieurs invocations à un personnage, mais il faut garder un certain équilibre. Par exemple, vous ne pourrez pas associer la chimère IFRIT avec SHIVA, car la première est une invocation de FEU, la deuxième de GLACE. En faisant cela, vos statistiques s’en retrouveront très vite diminuées et les bonus de montée de niveau seront amoindris. Tout le système repose donc une utilisation logique de la Magie et des G-FORCES.

    Final Fantasy VIII, le voyage intemporel

     

    Musique

    Comme toujours, NOBUO UEMATSU est à la musique, et nous livre une des meilleures OST de la sérié. Le thème désormais célèbre « LIBERI FATALI », que l’on peut entendre dès l’introduction du jeu pose immédiatement l’ambiance de l’aventure. D’autres thèmes comme le combat final (qui est composé de trois morceaux différents) sont l’une des meilleures musiques de l’œuvre. Puis, la musique « WALTZ FOR THE MOON », qui est tout simplement magistrale, et qui apparaît dans l’une des meilleures cinématiques du jeu, voire de la série. Enfin, FFVIII instaure un principe qui sera repris dans chaque épisode : une chanson thème. Celle de FFVIII se nomme « Eyes On Me », toujours composée par NOBUO UEMATSU et chantée par FAYE WONG. Cette partie de l’OST est assez particulière car cette chanson est en réalité sortie sur le marché seule, et avant la sortie de l’OST complète en 1999. C’est une très belle chanson qui symbolise le thème de FINAL FANTASY VIII : l’amour.

    Final Fantasy VIII, le voyage intemporel

     

    "Eyes On Me" de FAYE WONG

     

    Anecdotes

    FINAL FANTASY VIII est l’un des rares épisodes (avec FFIX), à ne pas être composé de spin off, ou autre suites. C’est aussi l’un des rares épisodes à ne pas avoir de communauté souhaitant un remake du titre.

    FFVIII n’est que le deuxième épisode de la série à sortir en Europe. Après le succès indicible de FFVII, les joueurs occidentaux, qui désormais connaissaient et aimaient la série, attendaient impatiemment la suite des aventures de Cloud. L’excitation était à son comble à l’annonce de FFVIII, dont l’arrivée a provoqué de nombreuses douches froides. En effet, la série était encore nouvelle en Europe, et peu de monde était conscient du système de cette série : chaque épisode met en scène des histoires, des personnages, et des univers différents. Annoncer un FFVIII ne voulait en aucun cas parler d’une suite à l’un des meilleurs épisodes jamais crées, mais voulait en fait dire qu’un pari sur un tout nouveau jeu allait être mis en marche. C’est aussi une des raisons pour laquelle FFVIII a autant fait parler de lui à sa sortie en Europe.

    Versions 

    VERSION PS1 SORTIE EN 1999

    Final Fantasy VIII, le voyage intemporel

     

     

    VERSION PC WINDOWS SORTIE EN 2000

    Final Fantasy VIII, le voyage intemporel

    VERSION PLAYSTATION NETWORK SORTIE EN 2010

     


    votre commentaire


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique